Pourquoi USEA par Marwen (Partie 2)

Au cours de mon enfance et de mon adolescence, j’ai côtoyé de près, presque de façon intime les inégalités sociales et la misère. J’ai surtout vu où ces deux têtes de la même hydre pouvaient mener si on ne les combattait pas. Nombre de jeunes gens qui ont grandi avec moi et qui n’étaient pas foncièrement méchant, comme l’on tente de nous le faire croire à longueur de journées à la télé, ont fini en prison, dans des addictions ou au cimetière. C’est pour cela que je me considère quelque peu comme un privilégié. J’ai pleinement conscience que c’est la lecture, l’ouverture culturelle qui m’ont permis d’être ce que je suis aujourd’hui. J’ai parlé un peu plus haut de misère. Trop souvent par misère on sous-entend la misère financière. Celle-ci existe, il ne s’agit pas de le nier. Toutefois la plus grande des misères n’est pas celle-ci chez les gens que j’ai eu l’occasion de croiser et avec qui j’ai grandi. La plus grande des misères c’est la misère culturelle, la misère intellectuelle. Combien de jeunes tombent en déshérence du simple fait de leur absence de bagage et d’ouverture culturels ? Bien trop assurément. Dans ces mornes cités grises, le spleen a chassé l’idéal. Plus aucune tension n’existe entre les deux notions, l’ennui a triomphé pour le plus grand malheur des pères et mères de famille qui assistent, impuissants, à l’enlisement de leurs enfants. Quand on a vu ça de près, la suite, c’est le retour inconscient dans la chaîne, ou c’est l’éveil définitif. Personnellement j’ai choisi l’éveil définitif afin de tenter d’ajouter toujours plus de justice, d’égalité et de fraternité dans notre monde.

Dans une époque où le repli sur soi est la règle, m’investir dans l’association USEA (Un stage et après ?) est pour moi l’occasion de contribuer, à ma modeste échelle, au vivre ensemble c’est-à-dire au politique au sens noble du terme. Faire société, voilà le grand défi qui nous est posé à l’heure actuelle : permettre à tous d’avoir une ouverture culturelle pour faire que nos différences, loin d’être des causes de fractures, deviennent des richesses collectives. L’école de la République est morte nous dit-on par-ci. L’ascenseur social est en panne entend-on par-là. Mais plutôt que de se plaindre et d’accuser à cor et à cri l’Etat de se désengager, regardons-nous dans une glace et demandons-nous ce que nous faisons nous au quotidien pour que l’élévation sociale puisse encore se produire, engageons-nous à faire en sorte que chacun puisse un jour être à notre place et avoir le même bagage et la même ouverture culturelle que nous avons. Nous ne ferons pas disparaître toute l’injustice de ce monde, ceci est illusoire, mais refusons que l’injustice soit logique, refusons de l’accepter et engageons-nous à la combattre avec nos modestes moyens. C’est, je pense, tout l’esprit et le bel idéal que poursuit l’association USEA, de repolitiser la société et donc de faire que chacun à sa petite échelle devienne un acteur du bien-vivre ensemble.

Pour finir ce papier je souhaiterais simplement évoquer mon auteur préféré, Albert Camus. Orphelin de père, vivant dans une famille modeste et avec une mère pratiquement sourde, il a néanmoins réussi à devenir prix Nobel de littérature grâce à l’aide et la bienveillance de Jean Grenier, son professeur à qui il a dédié ledit prix Nobel. Là n’est-il pas l’idéal républicain d’égalité et de justice ? Dans Les Justes, le même auteur écrit : « L’honneur est la dernière richesse des pauvres ». J’avoue être quelque peu jaloux de la beauté et de la noblesse de cette phrase. Néanmoins, j’ajouterai à l’honneur, la culture comme richesse que l’on ne peut jamais vous prendre. Finalement, la culture c’est ce qu’il nous reste lorsque l’on a tout oublié.

3 thoughts on “Pourquoi USEA par Marwen (Partie 2)

  1. hamza dit :

    Moi aussi je suis Marwen ! Un bonheur, un rappel de ses sueurs qui font honneur à ce dur labeur. Dieu merci, 16 ans aprés avoir eu mon Bac, je construis sereinement une carrière internationale d’ingénieur, mais surtout, j’éléve mes 4 enfants dans ses valeurs, avec mediathéque obligé chaque samedi. Je te souhaite un destin encore meilleur inchallah.
    Et je veux en savoir plus sur USEA, étant moi-même engagé dans l’élévation des jeunes via Génération Gagnante.
    Hamza de Vénissieux

  2. red dit :

    Mes encouragements.

  3. Christophe dit :

    Article super intéressant et constructif, c’est un plaisir de vous lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *