Être volontaire civique à USEA par Julie

– « Est-ce que ça te dit d’être volontaire civique à l’association Un Stage Et Après ? » A première vue c’est une question tout à fait banale, ce que je ne savais pas c’est que ce serait le début d’une grande aventure !

 

Je ne me suis pas demandé si c’était à faire ou pas, non seulement parce que j’ai déjà fait du bénévolat et que j’adore ça, mais qui plus est, c’était avec des jeunes. L’idée m’a tout de suite emballée !

La recherche d’un stage ça n’a pas vraiment de sens pour certain. Etant passé par là, nous savons à quel point en trouvez un est dur (alors que nous sommes étudiant) alors imaginez pour un élève de 4e ou 3e qui est dans une REP. Il ne sait pas s’il doit démarcher, il n’a pas de mail, rédiger une lettre de motivation (hein ???). Malheureusement il est stigmatisé par son quartier, et lui-même va s’infliger une censure en faisant un stage à la boulangerie alors qu’il veut être informaticien parce qu’il n’a pas pensé qu’il pouvait faire un stage dans ce domaine…

Je travaille également dans un collège et j’ai remarqué que la question de l’orientation ne se posait pas beaucoup, pire encore ce sont les professeurs qui décidaient où se dirigeraient les élèves. Je ne sais pas pour vous mais le fait de savoir que mon avenir est entre les mains d’un inconnu qui me connaît à peine (et qui ne vous aimes pas pour certain) me déplaît particulièrement.

Avec USEA, ce n’est pas uniquement faire prendre conscience aux jeunes de 13-16 ans que l’avenir se joue maintenant, c’est aussi mettre entre leur main ces mêmes clés pour leur avenir.

Ce qui est également merveilleux c’est de leur dire qu’ils ont le droit de rêver, et mieux encore qu’ils peuvent rendre ces rêves réels ! Rien n’est impossible du moment que tu t’en donnes les moyens. Au final c’est une vraie relation qui s’installe, nous ne sommes plus que « les gens de l’asso’ », on devient en quelque sorte leur coach, leur conseiller, leur grand frère (ou sœur dans mon cas ^^) et aussi l’épaule sur laquelle ils peuvent pleurer. Ce n’est pas « qu’une mission de 6 mois », on s’investit, on donne de sa personne et les voir réussir et prendre du plaisir est amplement suffisant.

La cerise sur le gâteau c’est l’équipe d’USEA ! Honnêtement elle est incroyable et ce qui est cool c’est qu’on s’entend super bien. Du coup ça facilite le travail puisque l’on est tellement heureux de se retrouver que le travail est encore plus facile !

 

©Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *